Piémont audois

Très gros hêtre situé dans une zone d’ombrée

Date de la donation : avril 2022

Propriété actuelle de Forêts préservées : 11,57 hectares

Localisation : grand massif forestier situé au sud ouest des Corbières, piémont audois

Type de forêt : principalement hêtraie-chênaie

Altitude : entre 600 et 680 mètres

Chasse : Présente avec notamment des battues au sanglier. Nous allons nous renseigner afin de proscrire dans un premier temps la chasse au petit gibier.

A gauche du gros hêtre, se trouve un micro habitat particulier, appelé dendrotelme. C’est une cavité remplie d’eau une partie de l’année où se reproduisent de très nombreux micro organismes, dont plusieurs espèces de syrphidés.

Intérêts du projet :

  • Un immense merci à Richard, qui a fait donation de cette forêt à Forêts préservées, afin qu’elle continue à « vivre sa vie » en évolution naturelle. Richard est membre d’honneur de Forêts préservées.
  • Située au carrefour d’influences océaniques et méditerranéennes, c’est une forêt très diversifiée. Très peu exploitée par son ancien propriétaire, elle est incluse dans un très grand massif calcaire de plusieurs milliers d’hectares.
  • Les espèces de fin de succession écologique sont présentes, ce sont ici le chêne sessile et le hêtre qui se mélangent avec le châtaigner dans les parties les plus fraîches (environ la moitié de la superficie). Le pin noir d’Autriche occupe la partie sommitale, avec quelques landes à genêt où reviennent naturellement des bouquets de bouleaux, essence pionnière annonçant la reconquête forestière. En bas de pente, de gros pins Laricio de Corse viennent ça et là en mélange.
  • Une piste privée traverse le haut du site. Elle sera prochainement barrée par un tronc de part et d’autre, avec un panneau d’interdiction de circuler aux véhicules motorisés. Cette action permettra une plus grande quiétude de la faune.

Objectifs :

Notre objectif est la libre évolution de cette forêt sur le très long terme.

Nous nous posons la question d’intervenir de manière très expérimentale sur un bouquet de pins noirs d’Autriche en limite de chênaie-hêtraie, et de les couper afin de favoriser l’expansion de cette dernière. Cette possibilité existe dans nos statuts, lorsque comme c’est le cas ici, existe la présence d’espèces exogènes « avec pour but de favoriser la régénération naturelle des espèces locales, et sous réserve que les éventuels bénéfices soient intégralement reversés au fonds. » (voir nos statuts dans l’onglet « présentation », paragraphe « préambule »)

Nous avons évoqué la nécessité d’avoir un appui d’un forestier aguerri aux techniques de successions forestières et à la sylviculture douce. A suivre.

 

Chaos rocheux à l’intérieur du site, avec hêtres au tronc tortueux